samedi 13 décembre 2014

Lijiraq - Emilie Millon

 
June conçoit une aversion pour Connor au premier regard. Comment cet aventurier ose-t-il s’inviter chez eux et les prendre en otage, elle et sa famille ? Lorsque sa petite sœur est enlevée, il est bien la dernière personne à laquelle elle a envie de demander de l’aide — d’autant que c’est plutôt lui qui semble pouvoir bénéficier de la sienne...
Sur la trace d’un trésor caché, Connor ne veut rien avoir à faire avec June. Mais ont-ils encore le choix ? Dans cette forêt sauvage et enneigée, mieux vaut voyager à deux. Surtout si ce qu’ils pistent n’est pas humain...
 
Mon avis :
La première chose qui m’a marquée dans ce roman, c’est que j’ai attrapé froid en le lisant, le nez qui coule et des engelures aux doigts qui tenaient la tablette. Toute l’histoire se déroule dans le grand nord. Les héros ressemblent à des oignons annonçant un hiver rigoureux tellement ils ont de couches de vêtements. Le mérite de l’auteur d’arriver à créer un peu de sensualité n’en est que plus grand dans ces conditions extrêmes. 
En parlant de héros, je devrais plutôt dire « personnages principaux ». Lui, Connor, commence très fort. Il prend une famille en otage, les séquestre dans la grange alors qu’il garde la plus petite avec lui dans la maison pour être sûre de neutraliser les velléités de rébellion des autres. Au matin, il leur vole un cheval ! Dans la forêt, il abandonnera même l’héroïne à son sort. Charmant !
Elle, June, est jeune et rêve de vivre la grande aventure. Problème : elle est impulsive et agit sans réfléchir. Plusieurs fois, mes doigts (engourdis par le froid) m’ont démangée face à cette tête à claque.
Fort heureusement, les deux évoluent…
Et il y a l’Ijiraq. Ce croque mitaine venu du froid, tellement terrifiant qu’on se demande longtemps s’il existe vraiment.
Vous devez savoir que ce livre est un tome 1, où la romance ne fait que s’esquisser, l’accent étant mis sur l’aventure.
Au final, j’ai lu ce livre d’une traite et j’attends avec une vraie impatiente le tome 2 !

Aucun commentaire: